Tweet
  • Haut
  • Introduction
  • Immigration
  • Société
  • Sécurité
  • Politique internationale
  • Armes
  • Climat
  • Impôts
  • Emploi
  • Commerce international
  • Santé
  • Vie privée
  • Look
  • Crédits


  • Hillary Clinton,
    une histoire de famille


    Nom CLINTON
    Prénoms Hillary, Diane
    Sexe Femme
    Taille 169 cm
    Poids 65 kg
    Âge 69 ans

    « Stronger together »
    (« Plus fort ensemble »)

    Donald Trump,
    le candidat inattendu


    Nom TRUMP
    Prénoms Donald, John
    Sexe Homme
    Taille 188 cm
    Poids 104 kg
    Âge 70 ans

    « Make America great again »
    (« Rendre sa grandeur à l’Amérique »)





     Une politique d’intégration

    • Réformer l’accès à la naturalisation
    • Fermer les centres de rétention
    • Régulariser une partie des 11 millions d’immigrés clandestins
    • Promouvoir l’intégration des immigrés
    • Contrôler les frontières et expulser les migrants qui menacent la sécurité du pays

     Le mur Trump

    • Construire un mur de 1 600 kilomètres le long de la frontière mexicaine, d’une hauteur de 30 cm supérieure à la Grande Muraille de Chine (6-7 m de haut)
    • Tripler le nombre de policiers aux frontières
    • Maintenir les 11 millions d’immigrants clandestins, majoritairement hispaniques, dans des centres de rétention jusqu’à ce qu’ils soient renvoyés chez eux.
    • Supprimer le droit du sol pour les enfants d’immigrés illégaux

      

    « Accueillir
    65 000
    réfugiés syriens »

      

    « L'immigration illégale nous coûte
    200 milliards
    par an »

      « Nous devons d'abord essayer de gérer les gens qui sont déjà là. »

      « Les Mexicains amènent avec eux la drogue, la criminalité. Ce sont des violeurs. »

     « Trump, tes insultes envers les Mexicains, les musulmans et d'autres t'ont mené dans le trou… » Vicente Fox, ancien président du Mexique

     « Le Mexique paiera pour le mur »

    Déclaration de Donald Trump lors d'un meeting dans l’Arizona.


     « Gouverneur Pence : nous ne sommes pas un truc ! »

    Eva Longoria répond à Mike Pence, le colistier de Donald Trump.




     L’égalité des droits

    • Lutter contre les discriminations sexuelles et ethniques, égalité des droits pour les LGBT (Lesbiennes, gays, bi et transgenres)
    • Défend le mariage homosexuel
    • Le choix d’avorter revient à la femme (Pro-choice)
    • Gratuité des universités publiques pour les familles gagnant moins de 115 000 euros par an
    • Investir 350 milliards dans l’éducation

     Une société conservatrice

    • Opposé au mariage homosexuel mais favorable à l’égalité des droits pour les LGBT (Lesbiennes, gays, bi et transgenres)
    • Contre le droit à l’avortement (Pro-life) sauf dans les cas de viol, d’inceste ou risque vital pour la mère
    • Réformer les prêts étudiants de l’Etat
    • Supprimer le « socle commun » pour alléger les dépenses publiques. Chaque Etat organisera son propre enseignement.


      

    © Mandel Ngan/AFP

     « Il doit y avoir une certaine forme de punition » (pour les femmes qui avortent)

     « L’avortement devrait être un droit, non seulement sur le papier, mais en réalité. »

      « Les gens [transgenres] utilisent les toilettes qu’ils jugent adéquates, et il n’y a pas de problème. »



     Plus interventionniste qu’Obama

    • Travailler avec la coalition internationale pour combattre le groupe Etat islamique
    • Poursuivre les bombardements des positions jihadistes en Irak et en Syrie
    • Lutter contre la propagande de Daech avec la coopération des géants du net comme Google, Facebook et Twitter, ainsi que des professeurs et d’imans

     La guerre contre l’EI, un conflit de civilisations

    • Vaincre le groupe Etat islamique dans les 30 premiers jours de sa présidence
    • Stopper l’immigration en provenance de pays dangereux comme la Syrie mais aussi les pays infiltrés par le terrorisme (France, Allemagne, Belgique…).
    • Asphyxier financièrement Daech en ciblant les installations pétrolières
    • Combattre le groupe EI avec la coopération de la Russie

      « Nous devons prendre en chasse Abou Bakr al-Baghdadi, le leader de Daech, pour le traduire en justice. »

     Une armée renforcée
    540 000 soldats
    1 200 avions
    36 bataillons de marines
    350 navires et sous-marins

     La « Situation Room » lors de la capture de Ben Laden

    © Pete Souza/The White House/MCT via Getty Images

      « Obama est le fondateur de Daech. Et le cofondateur est Hillary Clinton la crapule. »



     Les Etats-Unis, le gendarme du monde

    • Engager les Etats-Unis dans les zones de conflits (Syrie, Ukraine…)
    • Défendre des positions pro-israéliennes classiques
    • Renforcer la présence américaine dans le monde

     Plus isolationniste

    • Redéfinir la position des Etats-Unis au sein de l’Otan (engagement financier, partenariat…)
    • Créer une alliance avec la Russie
    • Remise en cause des alliances traditionnelles des Etats-Unis au Moyen-Orient
    • Renouer le dialogue avec le président nord-coréen Kim Jong-un

      « Trump est un candidat qui ne comprend ni l'Amérique, ni le monde. »

     Trump dénonce l’accord sur le nucléaire iranien d’Obama

     « Trump perd souvent son sang-froid. Imaginez-le dans la Situation Room…  »

     Fin de la guerre froide ?


    © PETRAS MALUKAS / AFP



     Un meilleur encadrement

    • Pas de remise en cause du deuxième amendement, qui inscrit dans la Constitution américaine le droit de tout citoyen à porter une arme mais souhaite une législation
    • Multiplier les contrôles pour la vente d’armes à feu
    • Vérifier les antécédents de ceux qui souhaitent se procurer une arme et interdire la vente d’armes aux criminels, aux coupables de violence conjugale et aux handicapés mentaux

     Une liberté totale

    • Défendre le deuxième amendement de la Constitution américaine autorisant le port d’armes à feu
    • Exercer son droit de veto sur toute nouvelle mesure de contrôle des armes. Trump est membre à vie de la National Rifle Association (NRA), le lobby des armes.
    • Harmoniser la législation dans les 50 Etats avec le National Right to Carry (un permis de port d’armes)
    • Autoriser les forces de l’ordre à porter leurs armes en toutes circonstances
    • Supprimer le Background Check (les contrôles après l’achat)

      « Les armes de guerre n’ont pas leur place dans nos rues. »

     « Si les personnes si violemment abattues à Paris avaient eu des pistolets, elles auraient au moins eu une chance de résister. »

     « Une personne qui brigue la présidence des Etats-Unis ne devrait en aucune manière suggérer la violence. »

     Donald Trump à la Convention nationale de la NRA le 20 mai 2016

    © Luke Sharrett/Bloomberg via Getty Images



     De plus en plus « green »

    • Ratifier l’Accord de Paris de la COP21
    • Développer les énergies renouvelables grâce à un investissement de 60 milliards de dollars
    • Faire de l’énergie solaire la principale source énergétique des foyers américains
    • Réduire de 26% à 28% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025, par rapport au niveau de 2005

     Le climatosceptique

    • Annuler l’Accord de Paris sur le climat
    • Supprimer les subventions données à l’Agence de protection de l’environnement
    • Poursuivre l’exploitation du gaz de schiste
    • Soutenir les industries fossiles (charbon et pétrole)
    • Relancer le projet d'oléoduc Keystone XL reliant les Etats-Unis au Canada

      

    Un demi-milliard
    de panneaux solaires
    d'ici à 2020

      « Ça a toujours été comme ça, le temps change, il y a des tempêtes, de la pluie, et des belles journées. »

     « Les Etats-Unis, une superpuissance d’énergie propre demain »

     « Le très coûteux réchauffement climatique, une connerie qui doit cesser. »




     Mettre les plus riches à contribution

    • Taxer les riches : impôt de 30% pour les revenus supérieurs à 2 millions de dollars par an, surtaxe pour les revenus supérieurs à 5 millions de dollars
    • Baisser les charges des PME
    • Rapatrier les bénéfices des multinationales à l’étranger

     Un grand plan de réduction d’impôts

    • Des baisses d’impôts jusqu’à 6 000 milliards de dollars
    • Baisse de la taxation sur les sociétés de 35% à 15%
    • Suppression de l’impôt sur les successions
    • Suppression de la taxe immobilière
    • « Ce sera la plus importante baisse d'impôt depuis Reagan ! »

      « Alléger la charge fiscale pour les plus riches ne fonctionne pas. »

     « En train de signer mon avis d’imposition, n’est-ce pas ridicule ? »

     Le New York Times a publié la déclaration d’impôts de 1995 de Trump qui montre des pertes de 916 millions de dollars.

       « Je n’ai pas payé d’impôts, ce qui fait de moi quelqu'un d'intelligent. [...] J’ai utilisé les lois du pays. »



     Des emplois grâce aux investissements publics

    • Hausse du salaire minimum fédéral horaire à 12 dollars
    • Création de 10 millions d’emplois via un plan d’infrastructures de 275 milliards de dollars
    • Investissements dans les PME spécialisées dans la transition énergétique et les Technologies de l’information et de la communication

     Fin des emplois délocalisés

    • Rapatrier les emplois en taxant les entreprises qui délocalisent au Mexique et en Chine
    • Créer 25 millions d’emplois en 10 ans
    • Opposé à une hausse du salaire minimum horaire, qui est actuellement de 7,25 dollars (6,40 euros)


      « Créer des emplois permet de favoriser une croissance forte. »

       « Je serai le plus grand président de l’emploi que dieu ait jamais créé. »

     « 10 millions d’emplois supplémentaires »

     « Des pays comme le Mexique nous ‘’volent’’ nos emplois. »



     Des accords plus équitables

    • Opposée à une signature de l’accord commercial Trans-Pacific Partnership (TPP - Traité de libre-échange signé le 4 février 2016, qui vise à intégrer les économies des régions Asie-Pacifique et Amérique.)
    • Adoption de mesures tarifaires contre les nations qui violent les règles du commerce international

     Un Etat protectionniste

    • Hausse des droits de douane pour reconstruire l’industrie manufacturière
    • Imposer des droits compensatoires sur les produits Made in China
    • Remise en cause du TPP (Traité de libre-échange signé le 4 février 2016, qui vise à intégrer les économies des régions Asie-Pacifique et Amérique)
    • Possible sortie des Etats-Unis de l’Organisation mondiale du commerce

      « Moi présidente, la Chine rentrera dans le rang. »

      « La Chine est responsable de près de la moitié de notre déficit commercial. »

     Une chemise de la marque DJ Trump fabriquée au Bangladesh


     « La Chambre de commerce ne veut pas renégocier nos mauvais accords commerciaux. »



     Dans les pas d’Obama

    • Soutenir la réforme Obamacare, une sécurité sociale pour les pauvres
    • Augmenter les budgets de la recherche contre Alzheimer et le Sida
    • 12 semaines de congé maternité rémunéré

     Supprimer l'Obamacare

    • Réformer la sécurité sociale
    • Autoriser l’importation de médicaments délivrés sous ordonnance
    • Baisser les primes d’assurance en faisant jouer la concurrence
    • 6 semaines de congés maternité

      « Pas de coupes dans la sécurité sociale. »

      « Hillary veut un système de santé qui ressemble à celui du Canada et ce serait un désastre. »

     

    Depuis l’Obamacare, la proportion
    de non-assurés a décliné de

    20% en 2013
    à
    13% en 2015

     « Des électeurs d’Obama morts pourront être ressuscités après la signature de l’Obamacare. »



     Les « Billary », amour et pouvoir

    Son mari, un atout précieux
    Sympathique, progressiste et novateur, aux yeux des Américains, Bill Clinton, est toujours très populaire aux Etats-Unis où il incarne le président de la prospérité.

    Il met sa popularité au service de sa femme. Il ne tarit pas d’éloges sur Hillary lors de ses discours, la rendant plus humaine, elle qui est perçue comme autoritaire, distante, froide, ambitieuse et calculatrice.

     Les Trump : amour, gloire et beauté

    Melania, la touche glamour
    Donald Trump aime les femmes, très grandes et très belles. Melania, de 24 ans sa cadette, est sa troisième épouse avec qui il a eu son cinquième enfant, Barron (10 ans).

    Discrète depuis le début de la campagne, elle prend la défense de son « Tiger » (comme elle le surnomme) sur CNN quand celui-ci est accusé d’agressions sexuelles. Elle crée la polémique et s'attire les foudres de la twittosphère en plagiant le discours de Michelle Obama via #FamousMelaniaTrumpQuotes.

      « Hillary m’a donné ses premières années, je lui donne mes vingt suivantes. »

    Déclaration de Bill juste avant de quitter la Maison Blanche en 2001.

     Sur les marches du pouvoir
    Les trois aînés, Donald Jr, Eric et Ivanka, vice-présidents exécutifs de la Trump Organization) sont désormais les plus proches conseillers du patriarche.

    Tiffany, Eric, Ivanka, Donald Jr, Melania et Donald © D. Dipasupil/FilmMagic

    Ivanka est la préférée de Donald, c’est une femme d’affaires redoutable, fine diplomate, influente sur les réseaux sociaux. Mère de famille accomplie, elle est mariée à Jared Kushner, un magnat de l’immobilier et propriétaire du journal The Observer. Amie proche de Chelsea Clinton, elle s’est toujours intéressée à la politique. Décrite comme l’un des cerveaux de la campagne de son père, elle est sa caution féministe, et a souvent pris la parole pour le défendre quand il était en difficulté.

     « Il y a 40 ans, je me suis mariée avec le mec le plus mignon de la bibliothèque. »

    L'aîné, Donald Jr partage le quotidien de sa famille-modèle aux valeurs très conservatrices sur les réseaux sociaux. Il peut se montrer aussi très provocateur comme lorsqu'il a comparé les réfugiés syriens à des bonbons Skittles empoisonnés.

    Eric est le plus discret, il gère entre autres les golfs et les vignobles de la famille, la Trump Winery.

     « Je suis ici fière d’être Américaine, démocrate, maman et fille.  »

    Chelsea Clinton, la fille modèle
    36 ans, vice-présidente de la Fondation Clinton depuis 2013, Chelsea s’est engagée pleinement dans la campagne présidentielle de sa mère. Comme son père, elle chante les louanges de sa mère qu’elle présente comme son « héroïne ». Présente sur les réseaux sociaux, c’est l’atout jeune et féministe d’Hillary pour attirer les votes des 18-35 ans.

    Enfin, il y a Tiffany, 22 ans, la moins connue du clan Trump. Elle a été élevée par sa mère, Marla Maples, à Los Angeles, loin du reste de la famille. Elle ne gère aucune affaire de son père, mais vit grâce à son argent dont elle fait abondamment étalage sur les réseaux sociaux. Depuis qu'elle apparaît avec le clan, son compte Instagram a été nettoyé.



     Hillary, « aficionado du tailleur pantalon »
    Là, ça coince… Hillary a longtemps été fan du style « mamie chic », voire « mémère » comme le souligne le compte Instagram à succès @hillarylooks.

     Donald Trump, un look qui décoiffe
    Les années 1980 lui collent à la peau. Son style, sa coupe de cheveux n’ont pas bougé depuis ses années Golden boys. Même son slogan de campagne « Make America great again » est une quasi copie de celui de Ronald Reagan en 1980, « Let’s make America great again ».

     @hillarylooks sur Instagram

    Une photo publiée par @hillarylooks le

     La fausse note

    Donald Trump s’habille chez Brioni, une référence du costume 100 % made in Italy. Vendus entre 5 400 et 7 000 dollars, ils ont suscité peu de critiques au regard du tollé provoqué par la veste Armani à 11 000 euros que portait Hillary lors de la primaire de New York. La fausse note vient peut-être de sa cravate, toujours trop longue et souvent trop colorée. Le chic masculin veut que la pointe de la cravate ne dépasse pas la ceinture.

     Tout un arc-en-ciel...

    En 2000, lorsqu’elle brigue le poste de sénatrice de l’Etat de New York, elle adopte le tailleur-pantalon qu’elle décline dans toutes les couleurs flashy (bleu roi, rose fuchsia, jaune mimosa), avec des petits talons de trois centimètres.

     Une coiffure singulière
    Mais c'est surtout son teint orange et sa coupe de cheveu en forme de casque qui font jaser.
    Une couleur approximative, du blond platine au jaune paille en passant par le jaune poussin, la chevelure de Donald Trump reste un mystère pour beaucoup, même si de nombreux médias ont mené l’enquête. Vrais cheveux, implants capillaires, moumoute ?


    Son seul secret capillaire percé ce jour est l’utilisation quotidienne de spray CHI Helmet Head Extra Firm de Farouk Systems (11,99 dollars la bouteille), ce qui expliquerait cette allure de casque si l'on s'en réfère à la traduction littérale.

     La papesse de la mode au secours d’Hillary

    Depuis qu’elle brigue la présidence des Etats-Unis, son look est plus sobre. Elle s’est notamment entourée de la papesse de la mode Anna Wintour, la rédactrice en chef de Vogue US à qui l’on doit le choix du tailleur blanc signé Ralph Lauren que portait Hillary lors de son investiture officielle lors de la Convention Démocrate. Un tailleur made in USA !

     Une de The Economist : Washington nous avons un problème




     La bourde

    Lors de sa victoire à la primaire de New York, le 19 avril 2016, Hillary prononce un discours sur la lutte contre les inégalités et porte une veste en tweed Armani à 11 000 euros selon le New York Post.

     « Ce sont mes cheveux, que vous les aimiez ou pas. Ce sont mes cheveux. »

    Son intrigante chevelure est devenue un sujet de moquerie mondial. Et tout le web se bidonne avec le hastag #trumpyourcat

     Back to the Future


    Son style, sa coupe de cheveux et son mauvais goût en matière de décoration, ont inspiré Bob Gale, le scénariste de Retour vers le futur, pour imaginer le destin de Biff Tannen, le méchant de la célèbre trilogie futuriste. Même le bâtiment Pleasure Paradise de Biff ressemble à l'hôtel-casino Trump Plaza, rapporte le Daily Beast.