Tweet


C’est deux semaines après la démission surprise du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, que le nouveau gouvernement d’Edouard Philippe a enfin été dévoilé. Il n’y a pas eu d’annonce sur le perron de l’Elysée comme à l’accoutumée mais juste un communiqué pour donner la liste des nouveaux ministres du troisième gouvernement Philippe. Mise à jour : 17/10/2018





Textes : RFI
Photos : AFP
Graphisme et développement : Studio Graphique France Médias Monde
Adjoint à la directrice de RFI, Nouveaux Medias : Christophe Champin
Rédaction en chef, Nouveaux Médias : Darya Kianpour et Kèoprasith Souvannavong
Member Bio image

Édouard Philippe

Premier ministre

Âge : 46 ans
Parti : Les Républicains (LR)
Fonctions politiques précédentes : député de la Seine-Maritime (2012-2017), maire du Havre (2010-2017)

Diplômé de Sciences Po et de l’ENA, maire du Havre depuis 2010, député de la Seine-Maritime depuis 2012, Édouard Philippe a milité deux ans au Parti socialiste au début des années 1990, lorsqu’il était étudiant, tendance Michel Rocard, avant de se déporter vers sa droite. Il rencontre Alain Juppé en 2002 et devient alors l’un de ses fidèles, jusqu’à devenir l’un de ses porte-parole lors de la primaire de la droite en 2016.

Son mentor battu par François Fillon, il intègre l’équipe de campagne du candidat Les Républicains dans la course à la présidentielle, mais la quitte lorsque ce dernier maintient sa candidature malgré sa mise en examen. Après avoir admis être « d’accord à 90 % avec ce que dit Emmanuel Macron », il accepte, au grand dam de sa famille politique d’origine, de devenir le Premier ministre du nouveau président de la République, participant ainsi pleinement à la recomposition du paysage politique français.

Member Bio image

Nicole Belloubet

Garde des Sceaux, ministre de la Justice

Âge : 62 ans
Parti : Parti socialiste (PS)
Fonctions politiques précédentes : membre du Conseil constitutionnel

Inconnue du grand public, cette juriste de 62 ans, fait son entrée au sein du second gouvernement Philippe à la place de François Bayrou. Agrégée de droit public, et membre du Conseil constitutionnel depuis 2013, Nicole Belloubet a exercé en parallèle des mandats locaux sous les couleurs du Parti socialiste (adjointe au maire socialiste de Toulouse, entre 2008 et 2010, puis conseillère régionale de Midi-Pyrénées en 2010). À 42 ans, elle devient rectrice de l'académie de Limoges, puis de Toulouse, avant de mettre fin à ses fonctions, en raison de désaccords avec la politique menée sous le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin.

Mère de trois enfants, elle s’est beaucoup impliquée dans la lutte contre le sexisme et pour les droits des femmes. « Les femmes ont des charges en termes de vie privée, de vie familiale, qui les lestent beaucoup et qui les empêchent d'être exactement au niveau des fonctions que les hommes peuvent occuper. Certaines femmes consacrent toute leur vie au travail, mais au prix d'une volonté, d'une énergie supérieure à celle des hommes », avait-elle déclaré le 8 mars 2016 dans un entretien à France Bleu Toulouse

Member Bio image

Florence Parly

Ministre des Armées

Âge : 54 ans
Parti : Parti socialiste (PS)
Fonctions politiques précédentes : vice-présidente de Conseil régional de Bourgogne (de 2004 à 2006)

Novice dans le domaine de la Défense, cette ancienne du gouvernement Jospin (secrétaire d’État au Budget de 2000 à 2002) occupait le poste de directrice générale de SNCF Voyageurs avant d’endosser la fonction de ministre des Armées. Sortie de l’ENA en 1987, la quinquagénaire a d’abord exercé dans la haute fonction publique en intégrant la Direction du budget, en qualité d'administrateur civil, elle a notamment travaillé sur le RMI et la CSG.
En 2002 après la défaite de Lionel Jospin à la présidenteille, elle s’essaie à la politique locale, et échoue aux élections législatives dans l'Yonne. De 2004 à 2006, elle occupe la fonction de vice-présidente du Conseil régional de Bourgogne, avant de quitter le public pour intégrer Air France en novembre 2014. Guillaume Pépy, PDG de la SNCF, la nomme en 2016 directrice générale de SNCF Voyageurs.

Member Bio image

Jean-Yves Le Drian

Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

Âge : 69 ans
Parti : Parti socialiste (PS)
Fonctions politiques précédentes : ministre de la Défense (2012-2017), secrétaire d’État à la Mer (1991-1992), député du Morbihan (1978-1991 et 1997-2007), président du Conseil régional de Bretagne (2004-2012 et depuis 2015), maire de Lorient (1981-1998)

Ami intime de François Hollande depuis 1979, Jean-Yves Le Drian décide de soutenir Emmanuel Macron après la défaite de Manuel Valls à la primaire de la « Belle Alliance Populaire ».

C’est par le syndicalisme étudiant qu’il se lance en politique à la fin des années 1960. Il prépare alors une agrégation de lettres. Très attaché à la Bretagne, il est maire de Lorient de 1981 à 1988.

La plupart des spécialistes des questions militaires voient en lui l'un des meilleurs ministres de la Défense de la Ve République. Il est notamment le premier à réussir à vendre des avions Rafale à l'étranger. Discret mais efficace, il a également remporté des succès sur plusieurs terrains de guerre en Afrique, notamment au Mali, et dans la lutte contre le groupe État islamique.

Son entrée dans le gouvernent d'Emmanuel Macron faisait peu de doutes, en raison de ses compétences, mais aussi de sa grande popularité auprès des Français. Sa nomination au ministère de l'Europe et des Affaires étrangères est une surprise, car son maintien à la Défense paraissait hautement probable.

Member Bio image

Agnès Buzyn

Ministre des Solidarités et de la Santé

Âge : 54 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Fille d'un chirurgien et d'une psychologue, Agnès Buzyn est responsable pendant près de vingt ans de l’unité de soins intensifs, d’hématologie et de greffe de moëlle osseuse à l'hôpital Necker, à Paris. Elle est ensuite nommée professeure d’hématologie au sein de l'université Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie avant d’être désignée à la tête de la Haute Autorité de santé. Elle devient la première femme à diriger la prestigieuse institution.

Issue de la « société civile » chère à Emmanuel Macron, Agnès Buzyn hérite du ministère des « Solidarités et de la Santé », une nomination liée aux compétences et à la carrière professionnelle, selon le projet d’Emmanuel Macron.

Member Bio image

Bruno Le Maire

Ministre de l'Économie

Âge : 48 ans
Parti : Les Républicains (LR)
Fonctions politiques précédentes : ministre de l’Agriculture (2009-2012), secrétaire d’État aux Affaires européennes (2008-2009), député de l’Eure (depuis 2007)

Diplômé de l’École normale supérieure, agrégé de lettres modernes, diplômé de Sciences Po et de l’ENA, Bruno Le Maire a appris la politique auprès de l’ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin. Dans l’ombre de ce dernier durant le quinquennat de Jacques Chirac (2002-2007), il accède à ses premières fonctions ministérielles sous Nicolas Sarkozy en 2008, d’abord aux Affaires européennes puis à l’Agriculture, période durant laquelle il se fait un nom.

Il gagne encore plus en crédibilité lorsqu’il convoite la présidence de l’UMP face à Nicolas Sarkozy, en 2014. Soutenu par 52 parlementaires, il obtient un peu moins de 30 % des suffrages et devient alors une personnalité de premier plan au sein de sa famille politique. Il sera candidat à la primaire de la droite en 2016 et portera le slogan du renouveau en politique. Il échouera à la cinquième place, avec seulement 2,4 % des suffrages.

Désigné conseiller spécial de François Fillon chargé des questions internationales durant la campagne présidentielle, il claque la porte lorsque ce dernier refuse de se retirer après sa mise en examen. Comme Édouard Philippe, il est désormais une figure de cette droite modérée Macron-compatible.

Member Bio image

Muriel Pénicaud

Ministre du Travail

Âge : 62 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Peu connue du grand public, elle fait partie de la société civile prônée par Emmanuel Macron. Elle a été membre de comités exécutifs et de conseils d'administration de grands groupes internationaux, comme Dassault Systèmes, la SNCF, Danone, le groupe Orange, etc.

À 21 ans, tout juste diplômé d'histoire et de sciences de l'éducation, elle part au Canada étudier les pédagogies pour les enfants des milieux défavorisés. À son retour, elle devient responsable pédagogique au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) avant de devenir conseillère pour la formation de Martine Aubry, ministre entre 1991 et 1993. Elle quittera pendant vingt ans le service public pour faire carrière dans le privé.

Son parcours atypique, sa capacité à convaincre les patrons a décidé, en 2014, le gouvernement Hollande à lui confier la fusion entre Ubifrance, chargée du soutien à l'export, et l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII), pour rationaliser les accompagnements à l'export et renforcer l'attractivité du territoire.

Muriel Pénicaud était depuis trois ans la patronne de l'agence publique Business France, chargée de la politique de promotion de la France et des entreprises tricolores auprès des investisseurs étrangers.

Les patrons saluent sa connaissance de la gouvernance des grands groupes, ainsi que son expérience des pouvoirs publics.

Member Bio image

Jean-Michel Blanquer

Ministre de l'Éducation nationale

Âge : 52 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Il dirige depuis trois ans l’Essec, l’une des plus prestigieuses écoles de commerce françaises. Bon connaisseur des rouages de l’Éducation nationale, il a occupé de hautes fonctions d’administrateur au sein de ce ministère.

Diplômé de Sciences Po, Jean-Michel Blanquer a un CV bien étoffé : agrégation de droit public, docteur en droit, et maîtrise de philosophie. Il a dirigé l'Institut des hautes études de l'Amérique latine, a été deux fois recteur (en Guyane et à Créteil) avant d'être numéro deux du ministère de l'Éducation nationale de Luc Chatel entre 2009 et 2012.

Ce proche d’Alain Juppé se situe à droite de l’échiquier politique. Il a contesté les réformes menées par Najat Vallaud-Belkacem, notamment la suppression des classes bilangues, ainsi que la création de 60 000 postes au ministère de l’Éducation nationale qui était, selon lui, « une folie budgétaire ».

Il est favorable à l’autonomie des établissements et n’a jamais hésité à mener des expérimentations pédagogiques. Il est ainsi à l’origine de la création du micro lycée de Sénart pour les élèves décrocheurs et de la controversée « cagnotte », qui consistait à payer les enfants pour qu’ils se rendent à l’école. D’importants chantiers l’attendent déjà pour la prochaine rentrée scolaire, comme l’instauration des classes de douze élèves au CP et au CE1 en REP (réseaux d’éducation prioritaire), le rétablissement des classes bilangues au collège. Mais il sait que les syndicats seront sur leurs gardes.

Member Bio image

Gérald Darmanin

Ministre de l'Action et des Comptes publics

Âge : 35 ans
Parti : Les Républicains
Fonctions politiques précédentes : député du Nord (2012-2017), maire de Tourcoing (2014)

À 35 ans, Gérald Darmanin est l'un des plus jeunes ministres du gouvernement. La politique est une passion précoce, il s'engage au RPR, ancêtre de l'UMP et de LR à l'âge de 16 ans.

Diplômé de Sciences Po Lille, Gérald Darmanin se réclame volontiers de ses origines modestes. Il est le fils d'un patron de bar à Valenciennes et d'une femme de ménage. Son grand-père, tirailleur algérien, a combattu dans l'armée française lors de la Seconde Guerre mondiale et durant la guerre d'Algérie.

Son engagement politique est rapidement couronné de succès. Il devient, dans un bastion de la gauche, député du Nord à 29 ans, puis maire de Tourcoing à 31 ans. Ses succès impressionnent Nicolas Sarkozy qui en fait son porte-parole pour la campagne interne à la présidence de l'UMP.

Gérald Darmanin se définit comme un gaulliste social. Il a pris fermement position contre le projet de loi autorisant le mariage homosexuel.

Soutien de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite, il s'engagera ensuite derrière François Fillon dans les premières semaines de sa campagne présidentielle. Le 3 mars, devant l'ampleur des affaires qui plombent la campagne, il annonce son retrait.

Member Bio image

Frédérique Vidal

Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

Âge : 53 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

La nomination de Frédérique Vidal marque le grand retour d’un ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, après la création d'un secrétariat d'État en 2014. C’est par ailleurs la première fois qu’un président d’Université est nommé ministre. Elle fait partie des personnalités issues de la société civile entrant au gouvernement.

Frédérique Vidal a quasiment fait toutes ses études et sa carrière à l’université de Nice. Après une maîtrise de biochimie, un DEA à l'Institut Pasteur (option virologie fondamentale) et un doctorat en sciences de la vie, elle devient professeure en sciences de la vie en 2004 après avoir été recrutée en tant que maître de conférences en 1995 à Nice. Elle est élue directrice de l'UFR de sciences en 2009 avant de prendre la tête de cette université en 2012.

Member Bio image

Annick Girardin

Ministre des Outre-mer

Âge : 52 ans
Parti : Parti radical de gauche (PRG)
Fonctions politiques précédentes : ministre de la Fonction publique (2016-2017), secrétaire d'État au Développement et à la Francophonie (2014-2016), députée de Saint-Pierre-et-Miquelon (2007-2012, 2012-2014)

L'ancienne députée de Saint-Pierre-et-Miquelon est, avec Jean-Yves Le Drian, la deuxième ministre de François Hollande à conserver un portefeuille dans le premier gouvernement d'Emmanuel Macron.

Elle a été secrétaire d'État chargée du Développement et de la Francophonie dans le gouvernement Valls puis ministre de la Fonction publique. Elle est à l'origine de la loi de défiscalisation, dite loi Girardin, un dispositif destiné à encourager l'investissement immobilier locatif en Outre-mer. Membre du PRG, elle a soutenu Sylvia Pinel lors de la primaire de la « Belle Alliance populaire », avant de rejoindre le mouvement En Marche ! quelques jours seulement avant le premier tour de la présidentielle.

Member Bio image

Elisabeth Borne

Ministre auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports

Âge : 56 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Le monde de l’entreprise et des transports n’est pas inconnu pour Élisabeth Borne qui a fait sa carrière professionnelle au sein de la SNCF, d’Eiffage et de la RATP. C'est aussi une habituée des cabinets ministériels.

Diplômée de l'École polytechnique et de l'École nationale des ponts et chaussées, elle débute sa carrière dans l’administration de l'Équipement au ministère de la Justice en 1987, avant de rejoindre, au début des années 1990, comme conseillère, Lionel Jospin à l'Éducation, Jack Lang à la Culture et Jean Glavany à l'Enseignement technique.

En 1997, elle retrouve Lionel Jospin à Matignon, comme conseillère chargée des transports. Après la défaite de celui-ci à l’élection présidentielle de 2002, elle devient directrice de la stratégie de la SNCF, puis de la société Eiffage en 2007, en tant que directrice des concessions.

Elle est repérée par l’équipe de Bertand Delanoë, alors maire de Paris, qui la recrute comme directrice générale de l'urbanisme à la Mairie de Paris en 2008.

Sa carrière prend un tournant décisif en 2013. Ségolène Royal, alors présidente de la région Poitou-Charentes, la nomme préfète avant de la choisir comme directrice de cabinet au ministère de l'Écologie en 2014. Elle la nommera présidente de la RATP en 2015.

Member Bio image

Nathalie Loiseau

Ministre auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes

Âge : 53 ans
Parti : Parti socialiste (PS)
Fonctions politiques précédentes : aucune

Directrice de l’école nationale d’administration (ENA), Nathalie Loiseau a été nommée ministre chargée des Affaires européennes à la place de Marielle de Sarnez. Avant de prendre les rênes de l’ENA, la native de Neuilly-sur-Seine a fait toute sa carrière aux Affaires étrangères.

Elle est mère de quatre enfants, elle a également été conseillère du ministre Alain Juppé (ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1995) et secrétaire d’ambassade en Indonésie, au Sénégal ainsi qu’au Maroc, puis porte-parole de l’ambassade de France aux États-Unis (2002-2007). Elle s’y fait remarquer par sa gestion du refus français de participer à la guerre en Irak, en 2003.

Cette féministe patentée est également chevalier de la Légion d’honneur et officier de l’Ordre national du mérite.

Member Bio image

Christophe Castaner

Ministre de l’Intérieur

Âge : 52 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement

En succédant à Gérard Collomb au ministère de l’Intérieur, Christophe Castaner obtient le portefeuille qu’il convoitait. Si Emmanuel Macron a choisi un fidèle parmi les fidèles pour ce ministère clef, le périmètre du nouvel occupant de la place Beauvau sera plus réduit que celui de son prédécesseur. Il se voit ainsi épaulé par un spécialiste, le patron du renseignement intérieur Laurent Nuñez, désigné secrétaire d'État. Une situation de tandem rarissime à ce poste.

Les liens de Christophe Castaner avec Emmanuel Macron remontent à l’époque où ce dernier était ministre de l'Économie. Très actif lors de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron, dont il est l'un des porte-parole, il multiplie les interventions médiatiques pour défendre le projet de son candidat. Nommé secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement au printemps 2017, il était également délégué général de La République en marche.

Member Bio image

Marlène Schiappa

Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes

Âge : 34 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : maire adjointe du Mans (depuis 2014)

Avant de devenir l'adjointe au maire socialiste du Mans, Jean-Claude Boulard, chargee de l’Égalité, de la Lutte contre les discriminations et de la Charte LGBT, Marlène Schiappa s’est fait connaître avec son blog, « Maman travaille ». Elle a depuis créé une association du même nom qui s’articule autour de l’égalité parentale et de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. La jeune femme est classée 6e du Top 100 des personnalités qui font le Web en 2013, catégorie « Influenceurs sociétaux », selon Europe 1, Le Parisien et Frenchweb.

Marlène Schiappa s’engage dès 2016 aux côtés d’Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle. Elle est nommée responsable du pôle « égalité femmes-hommes » et sera chargée de prononcer des discours d’introduction lors de plusieurs meetings.

Member Bio image

Sophie Cluzel

Secrétaire d'État chargée des personnes handicapées

Age : 56 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Sophie Cluzel est engagée depuis plus de vingt ans pour la scolarisation et l'accompagnement des enfants handicapés. En 2011, elle est élue présidente de la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap (FNASEPH). Elle a été faite chevalier de l'ordre national du Mérite en 2002 et officier de la Légion d'honneur en 2016 pour son engagement.

Cette mère de quatre enfants est personnellement concernée par les questions du handicap, puisqu'elle a une fille trisomique âgée d'une vingtaine d'années. Le grand public l’a découverte en janvier 2012, lors du premier Grenelle de l’intégration des jeunes handicapés dans la société. À cette occasion, une cinquantaine d’associations avaient rappelé les obstacles qui demeuraient et avaient transmis leurs propositions aux candidats à l’élection présidentielle.

Emmanuel Macron rattache son secrétariat d'État directement au Premier ministre plutôt qu'au ministère de la Santé, comme c'était le cas jusqu’à présent. Le président de la République souhaite faire de la question du handicap une priorité de son quinquennat.

Member Bio image

Mounir Mahjoubi

Secrétaire d'État auprès du ministre de l’Économie et des finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics

Âge : 34 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : secrétaire d’État au numérique auprès du Premier ministre

Dans le nouvel intitulé de son poste dans le gouvernement Philippe III, Mounir Mahjoubi, 34 ans, a perdu toute référence au numérique. Jusqu’alors rattaché à Matignon, l’ancien directeur de la campagne numérique d’Emmanuel Macron devient est désormais secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics. Un changement sans conséquences sur le périmètre de son poste, a d’emblée assuré celui qui possède une expérience de quinze ans dans l’économie numérique.

Cofondateur de l’application La Ruche qui dit oui, qui permet aux particuliers d’acheter des produits agricoles en circuit court, directeur-adjoint de l’agence de marketing numérique BETC Digital, puis nommé en 2016 par François Hollande président du Conseil national du numérique, ce jeune autodidacte a connu une ascension haut débit. En politique, il est à l’origine de la Ségosphère, une initiative visant à soutenir sur le Web la candidature de Ségolène Royal à l’élection présidentielle de 2007 et dirige en 2012 la campagne de François Hollande sur Internet. Adhérent au Parti socialiste de 2002 à 2015, c’est en janvier 2017 qu’il a commencé à se mettre En Marche !

Member Bio image

Jacqueline Gourault

Ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales

Âge : 68 ans
Parti : LREM, ancienne du MoDem
Fonctions politiques précédentes : ministre auprès du ministre d'État, ministre de l'Intérieur, sénatrice du Loir-et-Cher et vice-présidente du Sénat

Entrée au gouvernement en tant que ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, elle remplace Jacques Mézard au ministère des Territoires. Cette ancienne enseignante d'histoire-géographie s’engage dans la politique en 1974, lors de la campagne de Valéry Giscard d'Estaing. Dès 1983, elle est élue conseillère municipale de La Chaussée-Saint-Victor dans le Loir-et-Cher. Elle enchaîne dès lors les mandats locaux avant de devenir sénatrice du Loir-et-Cher (de 2001 à 2017) et vice-présidente du Sénat (de 2014 à 2017).

Membre du MoDem depuis 2007, la sénatrice apporte son soutien à Alain Juppé, en 2016, pour la primaire des Républicains à la présidentielle, avant de s'engager aux côtés d'Emmanuel Macron, lors de la présidentielle de 2017.

Member Bio image

Sébastien Lecornu

Ministre auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires, chargé des collectivités territoriales

Âge : 32 ans
Parti : LREM, ancien Les Républicains (LR)
Fonctions politiques précédentes : secrétaire d'État à la Transition écologique, président du conseil départemental de l’Eure, maire de Vernon (Eure), secrétaire d'État à la Transition écologique

Sébastien Lecornu devient le numéro deux du ministère de la Cohésion des Territoires, chargé des collectivités territoriales. Entré au gouvernement en 2017 comme secrétaire d'État à la Transition écologique auprès de Nicolas Hulot, il est alors le plus jeune membre du gouvernement Philippe et l’un des plus jeunes de la Ve République.

Le militantisme commence tôt. Dès l'âge de 16 ans, il adhère à l'UMP. En 2005, son bac en poche, il propose ses services au député Franck Gilard. À 19 ans, il devient le plus jeune assistant parlementaire de France. Poursuivant en parallèle des études de droit à l'université d'Assas, à Paris, il se voit proposer un poste de conseiller auprès de Bruno Le Maire, alors secrétaire d'État aux Affaires européennes dans le premier gouvernement Fillon.

Aux municipales de 2014, Sébastien Lecornu réalise son premier objectif en s'emparant de la mairie de Vernon. L'année suivante, avec l'appui de Bruno Le Maire, il contribue à faire basculer à droite le conseil départemental de l'Eure, et devient à 28 ans le plus jeune président de département de France. Directeur adjoint de la campagne de François Fillon, il plie bagage quand l'ancien Premier ministre décide de maintenir sa candidature présidentielle malgré sa mise en examen dans l'affaire des emplois présumés fictifs de son épouse Penelope. Signataire de l'appel à soutenir Emmanuel Macron lors des législatives, il est exclu des Républicains.

Member Bio image

Brune Poirson

Secrétaire d'État à la Transition écologique

Âge : 34 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : aucune

Après avoir été élue députée dans la 3e circonscription du Vaucluse, Brune Poirson a été nommée, avec Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot. Inconnue du public, cette jeune femme, mère d’une petite fille de 2 ans, qui était jusqu’à présent "auto-entrepreneuse dans le domaine de la responsabilité sociale des entreprises", a rejoint en 2016 le mouvement En Marche !

Diplômée de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence, elle a fait un échange universitaire d'un an à la London School of Economics, ce qui la conduit à travailler avec une députée travailliste britannique, avant de gérer des projets de distribution d'eau dans les bidonvilles en Inde. Elle a poursuivi sa carrière dans la recherche sur "l'innovation sociale et la responsabilité sociale des entreprises" à Boston, aux États-Unis. Elle a également exercé dans le secteur public, pour l'Agence française de développement, dans le privé (Veolia) et pour des associations.

Member Bio image

Jean-Baptiste Lemoyne

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères

Âge : 39 ans
Parti : Les Républicains (LR)
Fonctions politiques précédentes : sénateur de l’Yonne, maire de Vallery (Yonne)

Jean-Baptiste Lemoyne, seul parlementaire LR à avoir soutenu ouvertement Emmanuel Macron avant le premier tour de la présidentielle, a vu son audace récompensée en se voyant nommé secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères.

Engagé dès 1996 au Parti républicain, qui deviendra Démocratie libérale, il se présente aux municipales à Paris en 2001 et devient conseiller d'opposition. L'année suivante, il est recruté dans l'équipe de Jean-François Copé, à l'époque secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement. Il le suit quand il est nommé ministre délégué à l'Intérieur, puis au Budget. Quand Jean-François Copé devient président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-Baptiste Lemoyne devient alors secrétaire général délégué du groupe, un poste où il reste sept ans, d'abord avec Jean-François Copé, puis avec son successeur Christian Jacob, jusqu'à son entrée au Sénat en 2014.

Member Bio image

Geneviève Darrieussecq

Sécrétaire d'État auprès de la ministre des Armées

Âge : 61 ans
Parti : MoDem
Fonctions politiques précédentes : maire de Mont-de-Marsan, conseillère départementale des Landes, conseillère régionale d’Aquitaine

Élue députée des Landes, Geneviève Darrieussecq a été nommée secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées. Ce médecin allergologue, venue sur le tard à la politique locale dans le sillage de François Bayrou, est depuis 2008 la maire MoDem de Mont-de-Marsan. Centriste, Genevière Darrieussecq est politiquement auréolée du fait d'armes d'avoir brisé l'hégémonie PS dans les Landes. En 2008, elle lui ravissait la mairie de Mont-de-Marsan, préfecture du département, un séisme politique dans cette ville alors à gauche depuis quarante-six ans.

Geneviève Darrieussecq se revendique comme une "élue de terrain" ayant connu en dix ans les échelons municipaux, intercommunaux, régionaux et départementaux. Elle se dépeint comme passionnée de la culture et des traditions landaises. À la primaire de la droite, elle avait soutenu Alain Juppé, clamant sa "colère d'élue" face aux affaires Fillon.

Member Bio image

Julien Denormandie

Ministre auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires, chargé de la ville et du logement

Âge : 38 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des territoires

Julien Denormandie entre au gouvernement au poste de secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires en 2017. Ce fidèle d’Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint au sein du parti de LREM. Titulaire d’un MBA en économie, il débute sa carrière en 2004, au ministère de l'Économie et des Finances. Puis il sera nommé en 2011 chef du bureau de la Turquie, des Balkans, de la CEI et du Moyen-Orient au Trésor. Il rejoint ensuite les cabinets ministériels, d'abord comme conseiller du ministre de l'Économie et des Finances, Pierre Moscovici, en juillet 2012, puis directeur adjoint de cabinet du ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, un certain Emmanuel Macron, en septembre 2014. Il en démissionne en mars 2016 pour participer à la création du mouvement En Marche !

Member Bio image

Benjamin Griveaux

Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, porte-parole du gouvernement

Âge : 39 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances (2017), conseiller municipal de Chalon-sur-Saône, conseiller général de Saône-et-Loire

Membre du premier cercle autour d'Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux est devenu porte-parole du gouvernement le 25 novembre 2017 en remplacement de Christophe Castaner.

Il était auparavant à Bercy, où il avait rejoint en juin 2017, juste après sa victoire aux législatives dans la 5e circonscription de Paris, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin comme Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances.

Ce diplômé de Sciences Po Paris et de HEC a débuté sa carrière politique dans les rangs socialistes. Il intègre en 2012 le cabinet de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Puis en 2014, il devient le directeur de la communication d’un groupe immobilier (Unibal-Rodamco), avant de rejoindre le mouvement En marche !. Durant la campagne, il occupe la fonction de porte-parole.

Member Bio image

Olivier Dussopt

Secrétaire d’État chargé de la Fonction publique

Âge : 39 ans
Parti : Parti socialiste (exclu après son entrée au gouvernement)
Fonctions politiques précédentes : député de l’Ardèche (2007-2017 [réélu]), maire d’Annonay (2008-2017)

Le député PS de l'Ardèche Olivier Dussopt, ex-proche de Martine Aubry devenu vallsiste, nommé à 39 ans secrétaire d'État, chargé de la Fonction publique, est un homme discret et décrit comme efficace, qui constitue une prise de choix à gauche pour Emmanuel Macron.

Dans l'opposition, le LR Philippe Gosselin considère que "l'homme a des compétences et des vraies qualités, même si ce n'est pas un meneur de foules".

Ses débuts avec Emmanuel Macron avaient pu être froids. Le fils d'ouvriers avait eu une explication en 2014 avec celui qui était alors ministre de l’Économie, après ses propos sur les salariés "illettrés" dans l'abattoir breton Gad.

Olivier Dussopt, qui a voté le 21 novembre contre le projet de budget 2018, semblait récemment se placer dans la course avant le congrès du Parti socialiste, en déclarant qu'"il y a[vait] neuf chances sur dix que le prochain premier secrétaire se trouve parmi nous", à savoir le groupe des "quadras" emmené par le chef de file des députés PS Olivier Faure.

Mais à un socialiste qui tentait, deux jours avant l’annonce de sa nomination, de le convaincre de ne pas entrer au gouvernement, Olivier Dussopt avait lâché : "Mais c'est le rêve de ma vie !"

Son créneau, ce sont les collectivités. Les maires sont "exaspérés et dubitatifs" face aux économies demandées, lançait ce porte-voix des petites villes et de la ruralité avant le Congrès des maires cette semaine.

Outre les collectivités et les finances locales, ce pilier de la commission des Lois de l'Assemblée s'est aussi investi dans les débats sur la bioéthique, le mariage pour tous, et plus récemment les lois de moralisation. Il milite de longue date pour la procréation médicalement assistée.

Member Bio image

Marc Fesneau

Ministre des Relations avec le Parlement

Âge : 47 ans
Parti politique : Modem
Fonction politique précédente : Secrétaire général du MoDem, maire de Marchenoir (Loir-et-Cher)

En devenant ministre des relations avec le Parlement, l’ex-président du groupe MoDem à l'Assemblée nationale, qui succède à Christophe Castaner, replace son parti au cœur de la majorité. Peu connu du grand public, celui qui se définit comme « rural » est apprécié des marcheurs, à en croire les 86 voix qu’il a obtenues le 12 septembre lors de l'élection pour la présidence de l'Assemblée nationale remportée par Richard Ferrand (REM), alors que son groupe n'en compte que 46. Et pour cause : il est décrit par son entourage comme un facilitateur.

Le nouveau ministre a été pendant une quinzaine d’années le collaborateur parlementaire de Jacqueline Gourault – nouvellement nommée aux Territoires –, quand celle-ci était sénatrice. Secrétaire général du MoDem de 2010 à 2017, il a acquis la confiance de François Bayrou et Marielle de Sarnez. Il est également réputé pour bien maîtriser les dossiers relatifs aux collectivités.

Member Bio image

Emmanuelle Wargon

Secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire

Âge : 47 ans

La nomination de la directrice des affaires publiques de Danone auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, fait jaser à gauche qui dénonce son profil « lobbyiste ». Elle se défend en se présentant sur son compte Twitter comme « une femme libre attachée à l’intérêt général ».

Elle a réalisé l’essentiel de sa carrière dans la haute fonction publique. Diplômée de l’École des hautes études commerciales, de l’Institut d’études politiques et de l’École nationale d’administration, la fille unique de Lionel Stoléru – ancien ministre de Valéry Giscard d'Estaing et de François Mitterrand – s’est spécialisée dans les questions sanitaires, notamment au ministère des Affaires sociales. Peu confrontée aux problématiques environnementales, Emmanuelle Wargon devra reprendre les dossiers de Sébastien Lecornu, qui s'était vu confier les questions d’énergie, avec la fermeture avant la fin du quinquennat de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), et celle des quatre centrales à charbon encore en activité en France.

Member Bio image

Franck Riester

Ministre de la Culture

Âge : 44 ans
Parti : Agir-La Droite constructive
Fonctions politiques précédentes : député de Seine-et-Marne

Franck Riester n'en faisait pas mystère. Voilà plusieurs mois qu'il convoitait le poste de ministre de la Culture. Déclaré Macron-compatible, ce député de Seine-et-Marne, ancienne valeur montante des Républicains, avait été exclu de son parti en décembre 2017. Dans la foulée, il lance Agir-La Droite constructive, composé de transfuges du centre et des Républicains.

Franck Riester fait partie de ces députés opposés à la stratégie de droitisation des Républicains, parmi lesquels on compte Édouard Philippe, aujourd'hui Premier ministre, mais aussi Gérald Darmanin, ou Thierry Solère.

Ouvertement homosexuel, il est, avec Benoist Apparu, l’un des deux députés UMP à avoir voté pour le projet de loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels.

Dans le domaine de la culture, son principal fait d'armes est d'avoir été le rapporteur des projets de loi Hadopi sur la propriété intellectuelle sous la présidence Sarkozy. Il devra rapidement reprendre le dossier de la réforme de l’audiovisuel public, attendue pour la fin de l’année et rouvrir le très controversé dossier Hadopi.

Member Bio image

Didier Guillaume

Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

Âge : 59 ans
Parti : Parti socialiste
Fonctions politiques précédentes : sénateur de la Drôme

Sénateur de la Drôme depuis 2008, il devient président du groupe socialiste au sénat en 2014. Il devient, à la surprise générale, directeur de campagne de Manuel Valls pour la primaire de la gauche en 2017, lorsque François Hollande renonce à se présenter à la présidentielle. En janvier 2018, il annonce, sur son compte Facebook, quitter la politique pour rejoindre le Comité d'organisation chargé de piloter la Coupe du monde 2023 de rugby. Il renonce très vite et revient au Sénat, au sein du groupe du Rassemblement démocratique et social européen. Au cours des derniers mois, il a porté le projet de loi agriculture et alimentation, voté en septembre 2018, et n’a pas soutenu l’interdiction du glyphosate, un herbicide controversé. Fidèle de François Hollande il n’avait jamais été ministre. Au ministère de l’Agriculture, il succède à un autre ancien socialiste, Stéphane Travert, qui avait rejoint La République en marche.

Member Bio image

Roxana Maracineanu

Ministre des Sports

Âge : 43 ans
Parti politique : sans étiquette
Fonction politique précédente : conseillère régionale d’Ile-de-France

Évoquée un temps, la fusion entre le ministère des Sports et celui de l’Éducation n’a finalement pas eu lieu. Six semaines après sa nomination, la championne du monde de natation conserve donc son ministère et doit composer avec un budget en baisse de 30 millions en 2019, pour plafonner à 451 millions d’euros (dont 65 millions alloués aux chantiers des JO de Paris 2024). Parmi ses missions phares, la création de l’agence du sport pour développer à la fois la pratique de haut niveau et celle du sport pour tous. Et ainsi tenir la promesse présidentielle qui a fixé le cap de 3 millions de pratiquants réguliers en plus d’ici à la fin du quinquennat. Mais elle devra aussi apaiser les esprits du milieu sportif, échaudé par les annonces de 1 600 suppressions de postes équivalent temps plein.

Member Bio image

Olivier Dussopt

Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics

Âge : 40 ans
Parti : Parti socialiste
Fonctions politiques précédentes : député de l’Ardèche

Inconnu du grand public, il entre au gouvernement, à la surprise générale, comme secrétaire d’État à la fonction publique, sous l’autorité de Gérald Darmanin, le 24 novembre 2017.

Fervent opposant de la politique d’Emmanuel Macron, il avait voté contre le budget présenté par Matignon, contre le projet de budget de la sécurité sociale, contre la loi travail et s’était abstenu lors du vote de confiance au gouvernement. Il est désormais l’homme de l’ombre de Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, et du ministre de l’Économie, Bruno Lemaire. Chargé de la modernisation de la fonction publique, il assure que la « suppression de 50 000 postes au sein de l’État est très largement atteignable » durant le quinquennat.

Ce transfuge du PS, est l’un des rares députés socialistes réélus face à un candidat de la République en marche lors des élections législatives de 2017.

Member Bio image

Agnès Pannier-Runacher

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances

Âge : 44 ans

L'ancienne directrice générale déléguée à la Compagnie des Alpes, qui succède à la discrète Delphine Gény-Stéphan, présente un profil plus politique. Elle fait notamment partie des fidèles qui se sont investis dans la campagne d’Emmanuel Macron en 2017. Elle a d’abord été référente d'En Marche dans le 16e arrondissement de Paris, avant d’intégrer la commission d'investiture chargée de désigner les candidats aux législatives. Sa nomination à Bercy a été saluée par Marlene Schiappa, qui a déclaré avoir « hâte » de la retrouver.

Son CV qui conjugue une expérience dans le public et dans le privé a séduit à l’Élysée. Diplômée d'HEC, Sciences Po et de l'ENA, cette ancienne inspectrice des finances a été directrice de cabinet du directeur des Hôpitaux de Paris (AP-HP), puis a contribué à la création du Fonds souverain d'investissement (FSI) sous Nicolas Sarkozy, dont elle était directrice financière. Elle est passée dans le privé en 2012, d'abord chez Faurecia, puis en tant que numéro deux de la Compagnie des Alpes. Sa rigueur est appréciée au point que son nom a été cité pour diriger la Caisse des dépôts. Mais c’est finalement à Bercy qu’elle va s’installer. Reste à connaître les dossiers qu’elle devra gérer sous l'égide de Bruno Le Maire.

Member Bio image

François de Rugy

Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire

Âge : 44 ans
Parti : LREM
Fonctions politiques précédentes : président de l'Assemblée nationale

L’ancien député vert de Loire-Atlantique, candidat « écolo » à la primaire PS de 2017, François de Rugy est revenu à ses premières amours à la faveur de la démission surprise de Nicolas Hulot à la fin de l’été 2018. Avant de devenir ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, il a présidé l’Assemblée nationale pendant plus d’un an après avoir été réélu une troisième fois député, en juin 2017, sous les couleurs d’En Marche !

Son engagement auprès d’Emmanuel Macron remonte à début 2017 lorsqu’en en pleine campagne présidentielle, un mois après avoir participé à la primaire socialiste, et malgré son engagement public à soutenir le candidat issu de la primaire - Benoît Hamon -, François de Rugy décide de rejoindre les troupes du candidat En Marche !

Member Bio image

Laurent Nuñez

Secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur

Âge : 54 ans

La nomination de l’ancien patron du Renseignement intérieur à la place Beauvau est saluée par les forces de l'ordre mais aussi par l'administration. Inconnu du grand public, Laurent Nuñez est respecté pour son action contre la délinquance à Marseille mais aussi pour son sens de l'organisation et ses qualités de "bosseur". Il aura la délicate mission d'épauler Christophe Castaner au ministère de l'Intérieur où, comme en 1986-1988 sous Jacques Chirac avec le binôme Charles Pasqua-Robert Pandraud, le nouveau duo se partagera des dossiers politiques et de coordination des services de police, de gendarmerie et de renseignement.

Ce fils de pieds-noirs rentrés en France en 1962 a passé les concours administratifs pour devenir inspecteur des impôts, loin de la carrière de commissaire dont il rêvait. Après être passé par l’ENA en 1997, il a intégré l’Intérieur, où il a notamment occupé les fonctions de directeur de cabinet du préfet de police de Paris. En mars 2015, Laurent Nuñez a hérité de la préfecture de police de Marseille, minée par les règlements de comptes et les trafics de drogue, pour faire "baisser la délinquance". Mission réussie, ce qui lui a valu après l'élection d'Emmanuel Macron d’être nommé à la DGSI, en pointe dans la lutte antiterroriste en France. Partout où il passe, Laurent Nuñez donne l’image d’un bosseur.

Member Bio image

Christelle Dubos

Secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé

Âge : 42 ans
Parti politique : LREM
Fonction politique précédente : députée LREM de la douzième circonscription de la Gironde depuis 2017.

Cette ancienne travailleuse sociale et députée LREM, mariée et mère de deux enfants, s’est faite remarquer lors de l'examen du projet de loi Élan (évolution du logement, de l'aménagement et du numérique) au printemps dernier, pour lequel elle était co-rapporteur du texte.

Celle qui revendique sur Twitter une « fibre sociale assumée » s’est d’abord illustrée localement en œuvrant pour la mise en place d'un centre intercommunal d'Action sociale en Gironde. En 2014, elle s’est engagée en politique sans étiquette en devenant adjointe au maire de la commune de Sadirac, en charge des affaires sociales. Ce n’est qu’en 2016 qu’elle a rallié En Marche, avant de remporter la douzième circonscription de Gironde face à un candidat de la France Insoumise.

Member Bio image

Gabriel Attal

Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse

Âge : 29 ans
Parti : La République en marche (LREM), ancien PS
Fonctions politiques précédentes : député des Hauts-de-Seine

À 29 ans, Gabriel Attal est le plus jeune membre du gouvernement Philippe et l’un des plus jeunes de la Ve République. Marcheur de la première heure, il intègre les Jeunes socialistes pour rejoindre Emmanuel Macron dès la création de la LREM. Il est nommé Secrétaire d’État auprès de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Ce proche de Benjamin Griveaux, auquel il a succédé au porte-parolat du mouvement LREM, se voit confier la mise en place du service national universel, une mesure phare de la campagne d'Emmanuel Macron. Issu d’un milieu aisé, ce diplômé de Sciences-Po a été élu député des Hauts-de-Seine lors des législatives de 2017. Membre de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation, il fut le rapporteur du texte sur la réforme de l’accès à l’université Parcoursup.