Tweet
La mosquée-université d’Al-Azhar, Egypte
  • A l’origine une mosquée, Al-Azhar du Caire est aussi une université, l’une des plus vieilles universités du monde. Construit en 969, le lieu de culte a pris peu à peu une dimension nouvelle et s’est imposé comme un haut lieu de l’enseignement islamique traditionnel, d’abord chiite, puis sunnite. Le programme d’éducation à Al-Azhar inclut la jurisprudence, mais aussi la grammaire arabe, la littérature et l’histoire. Connue pour son progressisme, l’institution a servi à travers l’histoire comme un rempart contre l’intégrisme musulman.

    Photo : La cour principale de la mosquée Al-Azhar au Caire, au Xème siècle, par Emile Prisse d'Avennes (1807-1879). © De Agostini-Getty Images

  • La mosquée-université d’Al-Azhar, Egypte

    La mosquée-université fut édifiée sur ordre du calife fatimide Al-Muizz li-Dîn Allah (la dynastie des Califes qui a régné sur l’Egypte de 969 au 1171 apr. J-C). Dès la fin de sa construction qui s’étendit sur deux ans, la mosquée devint le lieu central de la ville où le calife devait se rendre tous les vendredi pour diriger lui-même la prière. Il s’agit de la première mosquée construite dans la ville du Caire et du plus ancien monument datant de l’époque fatimide en Egypte. Les historiens ne s’accordent pas sur le sens exact de son appellation. Certains pensent que le nom d’Al-Azhar fait référence à la fille du prophète qui s’appelait As-Sayyiddah Fatimah Az-Zahra (Fatimâh « la plus florissante »).

    Photo : Chambre hypostyle (espace fermé dont le plafond est soutenu par des colonnes), de l’université Al–Azhar, réalisée à base de marbre et de grès par des artisans fatimides au Xème siècle. © Franz Marc Fre

  • La mosquée-université d’Al-Azhar, Egypte

    L’édifice comprenait initialement une vaste cour à ciel ouvert entourée de trois bas-côtés couverts et un seul minaret. Repris, agrandi, aménagé et restauré au fil du temps, il est sous sa forme actuelle un amalgame de constructions de diverses époques (fatimides, mameloukes, ottomanes puis des restaurations récentes). Il a une superficie d’un hectare et compte cinq minarets, six portes et trois cents colonnes en marbre. La porte d’entrée principale, dite des barbiers, est du XVIIIe siècle.

    Photo : La porte des barbiers de la mosquée Al-Azhar au Caire, en Egypte. © Getty- Jon Spaull

  • La mosquée-université d’Al-Azhar, Egypte

    A la fin de la dynastie des Fatimides (XIIe siècle), la partie couverte de la cour fut élargie. Un couloir fut ajouté de chaque côté de la cour intérieure dont les arcades se reposent sur des colonnes de marbre. Au-dessus du couloir se trouve un dôme dont l’intérieur est paré de décorations en stuc et d’inscriptions coufiques (style de calligraphie arabe). Il se dégage de l’édifice une impression de minutie et grandeur qui prend le visiteur à la gorge.

    Photo : Cour intérieure de l’université Al-azhar au Caire, en Egypte. © Getty Images - Marka/UIG